Charter of the regions | Dominique Anglade wants to entrust the immigration thresholds to the regions




Une fois élu, un gouvernement libéral dirigé par Dominique Anglade confierait aux différentes régions du Québec le soin de déterminer combien d’immigrants elles souhaitent accueillir.

Mis à jour hier à 15h34

Il s’agit d’une des mesures phares proposées par la « Charte des régions » de la cheffe libérale, présentée jeudi à Trois-Rivières sous le slogan : « moins de paternalisme, plus de régionalisme ».

Le document, dont La Presse avait révélé certains passages plus tôt cette semaine, présente plusieurs mesures pour améliorer le développement des régions. Il s’agit d’une initiative du PLQ afin de reconquérir les circonscriptions à l’extérieur du Grand Montréal dont il a presque été complètement balayé lors des dernières élections.

Anglade s’y engage notamment à nommer un sous-ministre dans chacune des régions du Québec pour que des décisions soient prises localement.

Des seuils d’immigration locaux

La « Charte des régions » propose également de confier aux régions la responsabilité de choisir le nombre d’immigrants qu’elles souhaitent accueillir, en consultation avec les élus locaux « pour tenir compte des réels besoins dans tous les secteurs et de leur capacité d’accueil ».

Après avoir diminué entre 2019 et 2022, les seuils d’immigration annuels ont été revus par le gouvernement Legault pour atteindre une fourchette entre 67 500 et 70 000 immigrants. Mais seulement 27 % des immigrants s’installent toujours à l’extérieur de la région métropolitaine de Montréal, souligne le PLQ.

« Ce n’est pas à Québec de décider ce qui va se passer dans chacune de nos régions, a martelé Dominique Anglade. On a des gens extraordinaires sur le terrain qui sont capables de prendre des décisions. »

Pas inquiète d’Holness

Appelée à commenter le lancement, par l’ancien candidat à la mairie de Montréal, Balharama Holness, d’un parti destiné à représenter les intérêts des Montréalais, Mouvement Québec, Dominique Anglade s’est défendue de « prendre pour acquis » le vote des gens de la métropole.

« On ne peut rien prendre pour acquis [et] we are able to represent all the regions of Quebec. No matter where people live, no matter where they come from, no matter what language they speak, it’s the Liberal Party that is capable of being that big tent,” she said.

“People can launch the parties they want, but in the end, I trust that people will say: the PLQ is the party that can represent our interests,” she continued.

At 17% of voting intentions according to a survey published by The Journal of Montreal Thursday, the coast will be hard to go up for the PLQ if it wishes to win the general election of next October 3. But Dominique Anglade is still hopeful of getting there.

Throw in the towel? On the contrary ! Today, what we do is precisely to start the machine. We have to meet each person to present our vision.

Dominique Anglade, Leader of the Quebec Liberal Party

A world tour..

Wheat from Kansas, an American laboratory technician, a woman on a train in India: the “Charter of the Regions” presented Thursday by the PLQ contains many photos that take us around the world.

The party acknowledges having used certain “stock” photos – a way of doing things common in all parties, including the Coalition Avenir Québec – but defends itself by asserting that all the photos of landscapes were indeed taken in Quebec.

With The Canadian Press

Leave a Comment